IMMEUBLE DE GRANDE HAUTEUR EN BOIS PI, ZUG , 2019, 1er prix

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

Nous proposons une tour sans socle, de sorte qu‘un maximum d‘espace est libéré pour la circulation publique dans le carré serré de bâtiments. La tour s‘échelonne en hauteur en quatre segments.Le bord inférieur reprend d’importantes références horizontales vers les constructions voisines. La logique inhérente du bâtiment est basée sur l‘idée d‘un voisinage vertical. En outre ont été regroupés trois étages respectivement autour d‘un centre central ouvert. Cette piazza est un lieu d‘arrivée, de répartition et de point de départ des appartements. Au total ce sont environ 10 espaces voisins comportant chacun environ 22 lots. Y sont rassemblés des profils d‘habitants ayant des besoins similaires. La multitude de typologies d‘habitations n‘est rendue possible que par le concept innovant de la structure support et la séparation rigoureuse entre la structure primaire et la structure secondaire. Ce sont deux tuyaux insérés l‘un dans l‘autre qui portent l‘ensemble. Le „principe tube dans le tube“ des constructions célèbres de cadres en acier du Chicago des années 50 se trouve ainsi traduit dans une construction tournée vers l‘avenir, fabriquée en bois, une matière qui se renouvelle : La rigidification se fait par les deux tuyaux liés l‘un à l‘autre.

BEIERSDORF USINE 1, HAMBOURG , 2019, 3ème PRIX

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Ponnie Images

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Ponnie Images

Le projet retourne la situation actuelle du bord du bloc fermé : Le nouveau quartier résidentiel s‘ouvre et s’imbrique dans toute la mesure possible dans le tissu urbain avoisinant d‘Eimsbüttel. Une grande place de quartier au centre du lotissement sert de point vivant de rencontre urbain aussi bien pour les habitants que pour les voisins du quartier. Comme pendant urbain du parc am Weiher il a pour effet de créer une identité et de relier l‘existant au nouveau. Des ruelles vertes et un aménagement différencié de la cour créent une grande qualité d’habitation. Les nouvelles constructions suivent pour leur dimension et leur cubature les structures du bloc Gründerzeit des environs. Il en résulte un aménagement de la lisière du bloc « qui respire », formé par l‘espace „intermédiaire“ public, s’ouvrant vers les bords et s’imbriquant dans l‘espace urbain et l‘espace vert. En s‘appuyant sur le type de construction de la „Hamburger Burg“ les élargissements de l‘espace créent des séquences variées dans l‘espace public, ouvrent des perspectives vers la profondeur des blocs d‘habitation et permettent des bonnes conditions de luminosité dans les appartements.

SIEDLUNG BURKWIL, MEILEN , 2019, 1er prix

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

‚Ensemble et l‘un à côté de l‘autre“ - à Burkwil on accorde une grande importance à la cohabitation. Au centre se trouve la ‚place du village‘, entouré des corps de bâtiments formant un lieu de rencontre et de séjour protégé et néanmoins ouvert : une petite place pavée avec un puits et un banc à l‘ombre du hêtre commun. Tous les chemins pour traverser le quartier se rejoignent sur la ‚place du village‘. L‘accès aux maisons se fait de façon centrale à travers la „rue du village“ à circulation réduite et par les arcades communes, semi-privées. Ces arcades de jonction séparent l‘espace public de l‘espace privé. Sur l‘aire de 19.000 m² doivent être construits environ 100 lots pour jusqu‘à 180 personnes à des âges différents.

HILGENFELD, FRANKFORT SUR LE MAIN , 2019, 1er PRIX

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Nightnurse Images

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Nightnurse Images

La barre des immeubles du champs de construction 3 accompagne l‘entrée vers le nouveau quartier résidentiel au Hilgenfeld. Cette situation urbaine est accentuée par la surélévation du corps des bâtiments le long de la rue principale. Ici se trouve l‘entrée principale de l‘immeuble d‘habitation. A travers un escalier proéminent et courbé on arrive aux arcades vertes caractéristiques donnant accès à tous les appartements. Les terrasses vertes, très profondes, sont aussi bien un espace de jonction qu‘un espace extérieur privé - un „abri de jardin“ pour les habitants. Les habitants aménagent et travaillent leur „jardin de devant“ eux-mêmes, de sorte que les différentes plantations créent une image multicolore de la façade. Un système de treillis et de rideaux verts forme la façade vraiment visible, permettent une protection visuelle suffisante et offrent en même temps une solution pour la protection solaire. On accède aux appartements comme à travers une serre. L‘architecture procure simplement l‘arrière-plan, ce n‘est qu‘en se l‘appropriant que les habitants feront pousser la façade. Ainsi la façade constructive peut être économique et simple. Le plan de base est suffisamment optimisé pour que l‘espace de jonction disparaît. Ainsi les appartements qui parfois sont très petits, bénéficient de pièces bien proportionnées et généreuses.

PETITE ÎLE, BRUXELLES , 2019, 2ème PRIX

Le projet Petite Ile à Bruxelles comprend 397 appartements au total, 13.500 m² de magasins, ateliers, espaces de bureau et deux écoles. L‘aménagement du quartier a été conçu par Multiple, pool, AAA et Duplex Architekten le résultat en étant une grande variété de typologies d‘habitation différentes sur le terrain qui sont à la hauteur des différentes exigences pour un habitat moderne. Bien que le nouveau quartier se présente comme un ensemble urbain fortement densifié, les maisons en élévation donnent l‘impression d‘une certaine perméabilité comme des solitaires. Le bord du bloc est tenu par l‘étage ininterrompu du socle, les espaces urbaines sont clairement définis. Les utilisations articulées autour du public rendent la zone du rez-de-chaussée vivante. Les cours à usage privé servent aux réunions et comme une sorte du centre du bloc, les jardins verts sur les maisons invitent à des manifestations communes.

CONSULAT SUISSE, ADDIS ABEBA , 2018

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

La nouvelle ambassade se situe comme un volume sculptural dans le jardin paysagiste qui entoure de façon fluide le bâtiment sur le terrain de l‘ambassade. Le bâtiment s‘ouvre ponctuellement, crée des aperçus et perspectives captivants et met en relation la cour intérieure intimiste et le jardin. L‘espace extérieur est aménagé de façon concise et crée néanmoins des ambiances très différentes en fonction des côtés du bâtiment et des possibilités d’utilisation respectives. Comme le bâtiment est compact, beaucoup des arbres présents sur le terrain peuvent être conservés, deux arbres méritant d‘être protégés seront déplacés. Avec son surplomb en forme de chaire le bâtiment se situe aussi dans une relation avec la Jimma Road et crée un signe caractéristique par rapport à la ville. Le fait de regrouper différentes fonctions de message dans un seul bâtiment favorise directement le contact entre les différentes sections de l’ambassade. Son cœur, la cour intérieure verduré, invite aussi bien à se concentrer qu‘à s‘échanger avec les autres. Les voies d‘accès circulaires et les escaliers d‘accès internes facilitent les rencontres. L’orientation est simple grâce à la structure claire du bâtiment. Le jardin de l‘ambassade est interprété comme une sorte de vitrine des vertus et intérêts ainsi que pour l‘engagement de la Suisse en Ethiopie. Il traduit des affirmations dans les domaines de la compréhension de la nature, la coopération, le paysage culturel. Le climat favorable à l‘horticulture ainsi que le savoir-faire évident du personnel jardinier se trouvent valorisés.

SURELEVATION D‘IMMEUBLE WYDÄCKERRING, ZÜRICH , 2018

Le projet d‘une nouvelle construction se répartit en quatre volumes d’immeubles d’habitation qui décrivent, avec la future école sur la parcelle municipale, un généreux espace de cour. Le positionnement urbanistique clair des quatre volumes de bâtiments séparés les uns des autres garantit la perméabilité recherchée vers l‘axe vert du chemin Triemli qui assure la jonction entre les quartiers et les autres espaces libres avoisinantes. C’est l’espace « enfilade » qui est l’élément définissant le volume de chaque appartement, à savoir un espace généreux linéaire faisant la jonction entre toutes les parties d‘un appartement comme le ferait une colonne vertébrale. Comme les espaces enfilade dans les grands volumes construits sont clairement définis, les appartements s’orientent de deux cotés au moins et offrent des perspectives multiples et variées. Du fait de son orientation l‘espace enfilade souligne la vue au loin en dépit de la proximité entre les immeubles, générant ainsi et par ailleurs une plus-value pour les appartements qui sont orientés vers l‘espace intermédiaire.

Das neue Gartenfeld, BERLIN , 2017

  • © Ponnie Images

  • © Ponnie Images

  • © Ponnie Images

  • © Ponnie Images

  • © Ponnie Images

  • © Ponnie Images

Ce sont les règles d’urbanisation de Duplex Architectes formant un groupement à but économique avec Bartscher Architekten qui a été recommandée pour la réalisation. Le projet se fonde sur le principe de l‘hétérogénéité. Partant de la constatation du grand nombre de maîtres d‘œuvre, d‘auteurs et de situations de l‘espace urbain nous recherchons un dénominateur commun qui regroupera le tout en une unité d‘aménagement : la diversité dans l‘unité ! Ce ne sont pas seulement le bloc ou le corps de la construction, mais aussi l‘espace intermédiaire, donc les rues, ruelles et places, qui sont pris en considération. Sur tous les chantiers de construction sont applicables des règles individuelles d’organisation pour ces „bandes“. Ainsi leurs particularités spécifiques peuvent être renforcées. Il est exigé que tous les bâtiments reprennent dans leur expression architecturale une référence au passé industriel du terrain. Les moyens conceptuels sont libres et peuvent être déduits de sujets très divers, p.ex. de la matérialité, de la volumétrie, de la construction, de la physiognomie ou du canon des couleurs. Chaque chantier doit fournir une contribution au voisinage, comme p.ex. : crèche, jardin de plantes, ateliers.

NOUVELLE CONSTRUCTION SUPPLETIVE LACHEREN, SCHLIEREN , 2017, 1er PRIX

  • © Filippo Bolognese

  • © Filippo Bolognese

Le terrain se trouve dans le secteur Lacheren à la limite nord de la ville de Schlieren. Le quartier se caractérise par des nouvelles constructions à deux à trois étages. Les deux nouvelles constructions supplétives pour 35 appartements s’inscrivent dans la granulométrie existante du quartier et s‘intègrent harmonieusement dans l‘environnement des constructions existantes au nord. Compte tenu du positionnement urbain presque chaque appartement dispose de deux côtés présentant un caractère aussi dissemblable que possible : d‘une part le dos fortement structuré, plus dur du côté de la Limmatstrasse, d‘autre part le coté calme vers la cour. La structure de l‘espace se dissout géométriquement Par des plaques murales en des formes libres alors que les pièces individuelles restent à l‘angle droit et statiques. L‘expression architecturale de l‘immeuble se manifeste dans la dualité des façades : La façade rue est exécutée en un système compact avec des bandeaux continus. La bande vitrée scintillant de reflets légèrement dorés fait naître un jeu subtil avec les thèmes classiques de la structuration horizontale de la façade. Par analogie aux éléments horizontaux sur le côté nord les éléments de structuration verticale trouvent une matérialisation dans des vitres sur un fond en feutre fin doré. Celles-ci servent d’une part à produire de l‘énergie solaire, mais sont surtout des éléments conceptuels qui donnent à la cour une autre ambiance à chaque heure de la journée ou à chaque saison de l‘année et selon la lumière incidente.

HEADQUARTERS  ITU, GENEVE , 2017

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: MIR

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

  • © Architektur: Duplex Architekten, Visualisierung: Filippo Bolognese

Connecting the world begins with in-house communication - L‘échange interne est un grand défi dans une société avec 700 collaboratrices et collaborateurs. L‘idée de base de notre projet est un espace central sur plusieurs étages permettant l‘orientation, la jonction et le contact visuel entre les différentes sections et postes de travail. Une grande diversite de pièces spécifiques comme une salle de piano, un atelier, une salle de prière, une salle de gym ou les terrasses extérieurs offrent différents lieux de rencontre et créent du mouvement entre les étages. En fin de compte il s‘agit à créer un environnement de travail permettant aussi bien de travailler de façon concentrée que d‘échanger simplement et de façon détendue du savoir-faire entre tous les collaborateurs.

HEIDELBERGER CONVENTION CENTER, HEIDELBERG , 2017, ACHAT

  • © Ponnie Images

  • © Ponnie Images

  • © Ponnie Images

  • © Ponnie Images

Avec ce bâtiment doit être créé dans l‘ancien „terrain vague“ derrière la gare un centre de rencontres d‘une importance régionale et internationale et ainsi un centre créateur d’identité de la nouvelle ville autour de la gare. Avec sa cubature marquante, caractérisée par une ligne dynamique, le nouveau centre de conférences acquiert un caractère de solitaire et est ainsi à la hauteur de son rôle proéminent dans la ville de la gare. Sur le plan de la typologique il est un contrepoint urbain aux immeubles de grande hauteur de l‘hôtel sur la place devant la gare et de la Schiller International University. Les étages surélevés produisent une échelle propre de sorte que le bâtiment se distingue, conformément à sa fonction, des maisons d‘habitation et de bureaux. Vers la partie sud de la place de la gare le nouveau centre de conférences se présente de façon accueillante et ouverte. Un important épaulement dans la cubature du bâtiment crée une place représentative devant l‘entrée principale qui grâce à sa définition urbaine claire élargit la place de la gare au-delà de la rue. Vers l‘ouest le contre de conférence forme un point d‘achèvement clair de l‘espace vert du Zollhofgarten.

QUARTIER GLASI, BÜLACH , 2013, 1er  PRIX

Sur l‘aire de 42.000 m² d‘une ancienne verrerie à Bülach Nord seront créé, dans la période 2018-202,2 550 nouveaux appartements pour environ 1.700 m&, plus 27.000 m² de surface commerciale. Au total, il s‘agit de 20 immeubles, pour la plupart de 6 étages, dont un hôtel, une résidence de séniors, un grand immeuble d‘habitation, un immeuble à usage commercial et un immeuble à usage professionnel avec des bureaux. La grande densité urbaine requiert des mesures architecturales particulières. Se trouve ainsi au centre du projet général la structuration soignée des espaces urbaines libres. Comme point de contact entre les constructions ils seront déterminants pour la cohésion du voisinage. Le concept de l‘urbanisme se fonde sur un système de rue en forme de rayons découpés dans la masse des immeubles comme sur une linogravure. Sur différents points d’intersection naîtront des places dont le caractère est essentiellement déterminé par l‘utilisation du rez-de-chaussée. Un quartier vivant et intacte est basé sur l’équilibre entre la multiplicité et l‘unité. Son schéma urbain unique, „l’Urban Fingerprint“, donne au quartier Glasi une identité unique. En même temps il offre un cadre stable à la diversité. La particularité du concept architectural réside dans le fait que les différents immeubles se soumettent au Leitmotiv de l‘idée générale, mais développent en même temps des particularités caractéristiques dans leur expression individuelle. Un grand spectre de typologies d‘habitations ouvre le quartier Glasi pour différents groupes d‘utilisateurs - pour des jeunes et des personnes plus âgés, pour des couples, des personnes vivant seules et des familles. Sont proposées aussi des formes d’habitation spécifiques, p.ex. pour la vie au grand âge ou la cohabitation de familles recomposées dans des grands espaces de vie commune. A côté de cela est prévue une grande partie d’utilisation professionnelle. L‘habitation et le travail se font ici dans une proximité directe et garantissent un mélange sain de différentes utilisations.

WALO, ZURICH , 2015–2019

  • © Peter Tillessen

  • © Baugeschichtliches Archiv Stadt Zürich

  • Walo Zürich
  • Walo Zürich
  • © Peter Tillessen

  • © Peter Tillessen

  • © Peter Tillessen

  • © Peter Tillessen

  • © Peter Tillessen

Le corps de construction sculptural comprend différentes typologies du plan de base pour citadin d‘aujourd‘hui. Les studios se partagent un patio commun. Les appartements 2 ½, 3 ½ et 4 ½ pièces présentent des perspectives charmantes traversant leur espace. Les salles de bains sur la façade invitent à la détente. Avec l‘intégration des baies vitrées tous les appartements sont organisés autour des coins et bénéficient d‘une orientation sur deux côtés. Les surfaces des façades du corps de bâtiment impressionnant sont structurées par une séparation horizontale qui fait voir une formation claire de la zone du socle, des étages réguliers et des étages en attique. La structure généreusement vitrée du rez-de-chaussée fait que le bâtiment s‘ouvre vers les espaces de rue environnantes et crée les meilleures conditions possibles pour des utilisations publiques de proximité. Des bandeaux d‘allèges de hauteur différente en pierre artificielle polie, ressemblant au granito, des châssis de fenêtres avec des panneaux métalliques anodisés et des mains courantes en métal recouvrent le corps de la construction comme une gaine tressée et confèrent à la façade une surface expressive de grande qualité, presque textile. Avec la profondeur de l‘espace de la façade et les fins détails le volume important du bâtiment donne néanmoins une impression d‘élégance et de légèreté et s‘insère avec fluidité dans l‘espace urbain

STUDIERENDENHAUS, BASEL , 2013–2019

  • © Damian Poffet

  • © Damian Poffet

  • © Damian Poffet

  • © Damian Poffet

  • © Damian Poffet

  • © Damian Poffet

Au nord-est de Bâle naît, sur l‘aire anciennement utilisée comme gare de marchandises, le quartier Einmatt, un quartier vivant présentant une excellente qualité d‘habitat pour toutes les couches de la population. Une cohabitation et une coexistence de multiples formes de vie et voisinages, complétées par des utilisations publiques, sociales et commerciales. Les bâtiments et les installations sur le terrain sont planifiés, construits, exploités et remis en état en protégeant les ressources. La nouvelle construction avoisine au sud le bâtiment de silo construit en 1912 par l‘architecte Rudolf Sandreuter et s’insère dans une sorte de collier de perles qui forme la Signalstrasse. Sur la base du marché d‘études attribué en 2013 naît ici une maison d‘étudiants pour 99 résidents avec des locaux commerciaux au rez-de-chaussée. La maison est gérée par le Verein für Studentisches Wohnen (WoVe - association pour l‘habitat des étudiants) qui met à la disposition des étudiants des locaux pratiques et bon marché. Les étudiants vivront à l‘avenir dans 16 appartements de colocation avec 4 à 7 membres. Sont proposés en plus 3 appartements à galerie avec 1 chambre et demie. Les appartements sont disposés en deux ailes de bâtiments autour le cœur commun du site, une cour semi-publique au premier étage. Celle-ci est accessible par un passage public à travers une cage d‘escalier en passant diagonalement par le bâtiment. La cour intérieure à une largueur de 7.80 m, une longueur de plus de 50 m et est ouverte vers le haut. On arrive aux appartements en passant par un escalier ouvert, des arcades et des ponts tendus par-dessus la cour. La surface de construction est élargie devant les entrées des appartements et salons/cuisines pour devenir une surface de présence. L’utilisation de ces zones libres rend la cour vivante et fait d‘elle un lieu de rencontre et de communication.

QUARTIER RESIDENTIEL BUCHEGG  , ZURICH , 2011–2018

  • © Seraina Wirz

  • © Seraina Wirz

  • © Johannes Marburg

  • © Seraina Wirz

  • © Johannes Marburg

  • © Johannes Marburg

  • Küche © Seraina Wirz

  • © Seraina Wirz

La coopérative immobilière Waidberg a décidé en 2010 de détruire le quartier existant datant des années 1930 et de réaliser à sa place une nouvelle construction. Le col topographique Milchbuck - Bucheggplatz est un quartier résidentiel de grande qualité présentant une structure de construction homogène qui est néanmoins coupée en deux par un axe de circulation principal. Ce sont trois bâtiments d‘angle qui occupent le périmètre avec un footprint minime. Les bâtiments accompagnent les espaces des rues le long de la Hofwiesenstrasse, la Rötelstrasse et la Seminarstrasse ; naissent ainsi des enfilades de bâtiments typiques pour ce lieu. En même temps les maisons donnent son visage caractéristique au Bucheggplatz. En se démarquant de la ligne de construction l‘immeuble de tête met l‘accent sur le centre du Bucheggplatz et renforce sa présence , même dans son état actuel. La pollution sonore du champs de construction a été à l’origine du dessin. La façade est réduite au maximum du côté de l’extérieur bruant et on a développé une façade de rue. Des espaces plus publics comme des cuisines, des salles à manger et des escaliers présentant une hauteur surélevée apportent de la vie dans l‘alignement des rues et forment un „dos“ dur protégeant les zones d‘habitation privées. Avec cela le plan de base est tourné d‘une façon telle que l’on évite d’avoir une vue directe dans les appartements en face et qu’on a soudainement une impression de grand espace. Dans la direction du sud les appartements s‘ouvrent, devant l‘arrière-plan de la ville, vers un grand espace libre d‘un seul tenant et qui est isolé du bruit de la rue.

MEHR ALS WOHNEN, Zurich , 2009–2015

Sur le Hunzikerareal de Zurich 450 appartements, magasins, restaurants, ateliers de travail et d‘artistes, crèches d‘enfants et une pension hôtelière sont en cours de développement. Notre vision est de créer une partie d’une ville plutôt qu‘un complexe de bâtiments. Aux endroits où des places, des ruelles et des espaces verts déterminent les qualités de l‘espace public, il faut avoir une densité urbaine. Une séquence captivante des espaces extérieures ainsi que des modes d‘utilisation du rez-de-chaussée tournées vers le public ravivent le quartier. A côté de l‘offre importante d‘espaces utilisés en commun ce sont aussi des espaces de recueil individuel qui prennent de plus en plus d’importance. La particularité de ce projet se situe précisément dans ce champ de tension : entre le sentiment de sécurité et la sphère privée d‘un côté et l‘offre multiple de participer à la vie de la communauté de l’autre. Au niveau de l’urbanisme il s‘agit du jeu entre les espaces construits et les éléments d‘espaces libres comme p.ex. des chemins et des places, le pendant à cela dans les appartements étant la coexistence d‘espaces communs et de zones privées.

ZUKUNFT WOHNEN, COLOGNE , DEPUIS 2015, 1er PRIX

Dans une procédure d‘ateliers faisant l‘objet d‘un appel d‘offre par la ville de Cologne ont été recherchées des idées pour la re-densification urbaine et pour de nouveaux concepts d‘habitation. Pour notre projet dans le quartier vivant de Cologne-Sülz nous misons sur quatre séries de sujets de base concernant la densification ultérieure du centre-ville.

Densification adéquate Légère surélévation d‘un étage entier et densification à l‘intérieur du bord du bloc. Au lieu d’une GFZ et d‘une règle attique sera définie une ligne manteau en trois dimensions qui détermine le volume maximum du bâtiment.

Faire vivre l‘espace urbain Pour la synergie supérieure du bord du bloc et des critères communs il convient de faire attention à une structure tripartite des bâtiments. Création d’un rythme de l‘alignement des rues par un comportement différencié d‘ouverture, la réalisation matérielle ou les couleurs selon le principe : same but different. L‘affectation des utilisations publiques sur le carrefour et dans la cour de l‘usine est déterminant pour le caractère des lieux urbains et donc obligatoire.

Activation des espaces de cour Revitalisation des cours intérieurs par des espaces extérieurs différenciés comme des jardins de famille et la cour de l‘atelier. Une appropriation par les utilisateurs et correspondant au site par une organisation autonome et la participation pour une bonne identification des habitants, des baux à long terme, une fluctuation réduite, une intégration de voisinage solide. Des adresses identifiables des bâtiments arrière et des espaces commerciaux par des entrées de cour marquantes.

Maisons à thème axées sur les besoins Création de modèles d‘habitation d’un nouveau type, innovants et axées sur les besoins comme une réponse moderne aux évolutions de la société (habitation de familles, habitation des seniors, habitation en cluster, chambres supplémentaires louables, habitations Stöckli) ; intégration et inclusion de groupes ayant un besoin particulier comme des parents isolés, seniors, etc.

MYTHENQUAI, ZURICH , 2015

Le long du Mythenquai c‘est l‘étage du socle avec les usages commerciaux qui est dominante. Le socle commun enferme comme une pince deux immeubles d‘habitation filigranes de 6 étages. La graduation différentiée en hauteur ainsi que des saillies et épaulements rythment le profil du volume du bâtiment vers la rue, structuré en longueur comme cela est typique pour l‘organisation de la façade de beaucoup de bâtiments industriels le long du Mythenquai. La structuration horizontale en socle, étages supérieurs et étages attiques s‘inscrit également dans la continuation du canon d‘organisation des constructions avoisinantes. Afin de garantir la perméabilité du volume de la construction en longueur vers le lac, la répartition des étages supérieures en deux corps de construction est également un élément d‘organisation caractéristique de la façade ouest. Du côté du lac le corps de construction se présente comme un ensemble gradué d‘immeubles qui, selon le point de vue, semble se composer de différents édifices. En même temps la façade graduée sur le lac crée une plus grande réalisation de la façade, permettant de donner à chaque salon et chaque chambre à coucher une vue sur le lac. Le positionnement de l‘immeuble crée un espace urbain plus étroit vers le Mythenquai et du côté du lac - également sur toute la longueur du terrain – un plus grand espace extérieur pour les résidents qui élargit optiquement le parc Savera

QUARTIER RESIDENTIEL ROSELIUS-ALLEE  , BRÊME , DEPUIS 2016, 1er PRIX

Le but principal du projet est de donner au terrain dans sa totalité un centre qui lui confère une identité. Nous développons une place centrale qui se situe de façon asymétrique sur l‘axe nord-sud du terrain. Onze maisons à toit à pignon et à deux ou trois étages se situent dans la direction du sud du côté de la façade de tous les 105 lots au total. Avec leurs côtés pignon multifacettes elles forment une façade vivante et variée de la place. Avec son espace vert clairement structuré au milieu ce centre offre des possibilités de jeu et de séjour pour tous les habitants. La disposition asymétrique de la place dans l‘ensemble du site permet aussi bien une jonction optimale vers l‘accès sud du quartier qu‘une connexion ultérieure de la partie nord ou nord-est du terrain.

TERRAIN USINE DE MEUBLES RÜTTIMANN, SIEBNEN , 2018

  • © Filippo Bolognese

  • © Filippo Bolognese

  • © Filippo Bolognese

Les immeubles s‘élevant sur le terrain de l‘ancienne usine de meubles Rüttimann à Siebnen ont été construits entre 1880 et 1980 et sont vides aujourd‘hui. Le futur développement du terrain Rüttimann doit être caractérisé par le sort réservé à ce qui existe aujourd‘hui. Notre proposition permet une évolution flexible et réussit à conserver des éléments de grande qualité du lieu tel qu’il se présentait auparavant. D’une part les constructions de l‘usine à meubles ne peuvent être utilisés à d‘autres fins sans un investissement déraisonnable puisqu‘elles sont délabrées en partie et ne sauraient être utilisées pour l‘habitation que de façon limitée en raison de la profondeur des bâtiments pouvant atteindre 20 mètres. D’autre part le site fait partie d’un périmètre protégé. Ce sont notamment la façade des panneaux publicitaires le long de la rue et la passerelle par-dessus la Kantonsstrasse qui donnent une identité à Siebnen et qui par conséquent doivent être conservés. Ces précieux éléments architecturaux sont intégrés dans le nouveau projet. Ce qui auparavant était un espace intérieur inaccessible, devient désormais un espace extérieur accessible au public. C‘est surtout une utilisation à titre d’habitation, ainsi qu‘une partie moins importante pour les prestations de services et le commerce qui sont prévues.

MUSEE BAUHAUS, DESSAU , 2015

Le musée du Bauhaus se présente comme un volume de construction filigrane à trois étages à la bordure nord-est du parc municipal. En s‘appuyant sur l‘ancienne structure de la ville de Dessau avant la deuxième guerre mondiale c‘est ainsi un site célèbre qui est recréé. Avec sa forme longiligne le bâtiment borde l‘espace des rues le long de la Kavalierstrasse et définit en même temps une transition claire entre la ville et le parc. La „tête du bâtiment“ au carrefour Friedrich-/Kavalierstrasse structurée de façon différenciée ainsi que le léger épaulement de l‘enfilade de la rue accentuent le nouveau musée comme un lieu culturel particulier dans l‘espace urbain. Grâce à la construction compacte le nombre des interventions dans le parc se limite à des petites mesures ancrant le musée dans son environnement.

PAVILLON DU VIN SÜDMOLE, MAYENCE , 2015

Dans un quartier urbain nouveau en cours de création la question des éléments identitaires acquiert une signification spécifique. Il s‘agit de créer des lieux pour des expériences sensorielles qui accrochent l‘œil. Au point d‘articulation entre le quai du nord et le quai du sud, le port intérieur et le Rhin le pavillon restructure les espaces. Le fait d’imposer son volume surélevé lui donne le poids nécessaire pour ce faire. Comme un phare il définit le point d‘ancrage des différentes directions du mouvement qui sera le nouveau point d‘attraction. En même temps il s‘intègre dans l‘environnement à travers des côtés en longueur et en partie pliés d’une façon telle qu’apparaissent des lieux de détente.

INTER-COMMUNITY SCHOOL ZURICH, VOLKETSWIL , 2010–2014, 1er  PRIX

L‘Inter-Community School Zurich a été créée en 1960 et propose une éducation internationale en langue anglaise pour des enfants et adolescents entre trois et dix-huit ans. Il est prévu de créer un second site scolaire à Volketswil pour élargir les locaux existants à Zumikon. Selon les souhaits de la maitrise d‘ouvrage celui-ci doit être une construction flexible dans toute la mesure possible afin de pouvoir être adapté aux exigences qui peuvent se poser dans l‘avenir aussi. Notre projet prend notamment en compte l‘échelle humaine et crée un environnement multifacette et propice à l‘inspiration dans six bâtiments individuels présentant différentes séquences de l‘espace. Nous faisons attention à équilibrer l‘emprise de l‘espace intérieur par rapport à l‘espace extérieur. A côté de l‘accueil les cours sont aussi destinés au jeu et au sport. Ayant chacune un caractère différent elles permettent des utilisations très différentes et créent la jonction entre les bâtiments environnants et les salles de classe pour former une unité. Les enseignants et les élèves pourront s’identifier tant aux différents immeubles individuels qu‘à des endroits spécifiques.

ESPLANADE NORD, BIEL , 2013, 2ème  PRIX

La dimension de l‘espace urbain de ce marché requiert une réponse architecturale exceptionnelle. Pour la face ouvrant sur l‘esplanade nous cherchons un motif urbain caractéristique qui, après avoir servi de détonateur, deviendra au fur et à mesure un élément porteur d’identité incomparable du nouveau quartier urbain. La façade incurvée en deux segments en arc qui se succèdent deux fois (A-B-A-B-), apporte son rythme sur toute la longueur de l‘esplanade. La cannelure verticale met un contre-point à l‘étendue horizontale dominante de la situation urbaine de départ. En même temps elle permet une grande profondeur du bâtiment, de sorte que la totalité du volume du périmètre a pu être réalisé sans bâtiments à l‘arrière-cour „en seconde ligne“. Tous les appartements bénéficient de la cour commune généreusement taillée. Pour l’organisation interne la façade mouvementée ouvre de multiples perspectives d‘enfilade vers l‘espace public de la ville.

LIMMATFELD  , DIETIKON , 2013–2019

  • © Damian Poffet

  • © Damian Poffet

  • © Damian Poffet

  • © Damian Poffet

  • © Damian Poffet

  • © Damian Poffet

  • © Damian Poffet

Les règles du masterplan définissent des références de la construction urbaine traditionnelles et fortes alors que les utilisations prévues exigent plutôt une identité et une autonomie. Douze cours semi-publiques et des rues marquantes imprègnent le Limmatfeld ; en même temps il convient de respecter le besoin des habitants de pouvoir disposer de lieux de retraite individuels. Le projet réagit à cette situation de départ en disposant les cinq corps de bâtiments de la coopérative BEP autour d‘une cour commune de dimension maximum. “L‘extérieur“ public s’opposera ainsi à un „intérieur“ semi-publique en évitant une rupture dure.

GASTRO-PAVILLON ETH, ZURICH , 2013, 2.  PRIX

La SBB se déclare prête à transférer à l‘ETHZ un bâtiment de gare / un hall de marchandises au prix d’un francs pour un usage de pavillon gastronomique. Les frais du démontage, du transport et de la reconstruction sont pris en compte dans la proposition du consortium d’investisseurs candidats. Le bâtiment transféré est représentatif de sa génération et démontre de façon exemplaire les bouleversements sur le site technologique de la Suisse : organisation optimale de trajets, automatisation et progrès logistique enlèvent dans beaucoup d‘endroits leur véritable raison d‘être aux anciens bâtiments de gare. Le hall de marchandises est un symbole de la création du réseau de l‘ETH, non seulement comme référence à son site d’origine, mais aussi et surtout pour le motif de la gare comme lieu d‘arrivée et de départ. C‘est presque implicitement que la question du développement durable trouve sa réponse sur un tout autre niveau en dehors de l‘étiquette : ce sera un second cycle de vie qui est accordé à une construction utilitaire insignifiante „ayant déjà vécu“.

IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR, BADEN , 2009, 4ème PRIX, PRIX SPECIAL DEVELOPPEMENT DURABLE

L‘aire industrielle auparavant hermétiquement fermée de l‘ABB devient de plus en plus le quartier des prestataires de services de la ville de Baden. Il est prévu de créer ici, conformément à une étude de la région dont on dispose, deux immeubles de grande hauteur offrant de l‘espace pour environ 2.600 places de travail sur les dernières parcelles libres à côté des rails de la SBB. On cherche par ailleurs des idées pour l‘aménagement de la place Brown-Boveri sur la partie sud du terrain. Nous dessinons une machine de prestations de services dans une robe élégante. Le fin relief de la peau de la façade permet d’introduire une échelle supérieure afin d‘adoucir les effets de la répétition des étages et de la grille de 1.35 m. On a intégré dans les étages de la façade des „boxes d‘air“ qui assainissent l‘air de façon centrale et permettent de l‘insuffler directement dans les étages. Ainsi nous évitons des centrales qui occupent beaucoup d‘espace et des gaines techniques. Vers l‘extérieur les boîtes s’intègrent harmonieusement dans le dessin de la façade et deviennent un motif ornemental en paillettes. Les surfaces du toit légèrement en biais produisent de l‘énergie à travers des éléments photovoltaïques décalés.